logo
muster_oben
  RSS_Feed   Facebook

 

linierot

Merci, Al

«Quand es-tu passé?» «Qui était encore là?» Voici des questions qu’on s’est souvent posé dans le large cercle d’amis d’Al Imfeld. Aussi légendaires qu’appréciées, ses fêtes d’anniversaire se tenaient sur dix jours en janvier, accueillant deux fois par jour un groupe hétéroclite de connaissances au sein de son vieil appartement zurichois du «Kreis 5». À ces occasions, il n’était pas rare de découvrir un ouvrage fraîchement sorti des presses, un recueil de poèmes, une anthologie de textes… Son dernier opus fut «AgroCity. Die Stadt für Afrika» - un recueil de poèmes érotiques n’ayant pu être terminé à temps.

Al Imfeld nous a quitté le 14 février 2017 à l’âge de 82 ans. artlink demeure profondément redevable à ce théologien, expert en développement, journalise et connaisseur de l’Afrique. Avec son «Plaidoyer pour plus de médiation culturelle en provenance des pays en voie de développement» (1983), il fut un des co-initiateurs d’artlink (alors connue sous le nom de «Culture et développement»), convaincu comme il l’était que la culture et l’activité culturelle sont essentielles pour aborder les «projections, réactions de défense, espoirs et faux espoirs» tout en imposant le respect.

 

En tant que responsable littéraire d’artlink, je dois beaucoup à Al. Ses premières publications sur la littérature africaine à l’Unionsverlag («Verlernen, was mich stumm macht. ...plus

linierot

Photo: Kaspar Weilenmann


 
   
 
Nouveauté

Doctor King'esi

Rafiki (2016)

[ma] Il a enfin réussi: pour son dernier et pas moins de neuvième album, Doctor King’esi a réuni autour de lui tout un groupe de musiciens, nommément Tony Schiavano à la basse, Samuel Baur à la batterie et, en qualité d’invité, Lucien Dubuis à la clarinette basse. Fidèle à sa tradition, le chanteur et guitariste kenyan établi à Thoune offre ici treize chansons qu’il a quasiment toutes composées lui-même, sur le thème de l’amitié, de l’amour et de la vie, dans la droite lignée des morceaux chantés depuis de années comme musicien de rue, le plus souvent en solo. Aux arrangements de base plutôt discrets pour un quatuor viennent ainsi s’ajouter de nouveaux espaces sonores et structures rythmiques qui mettent bien en valeur la voix claire de Doctor King’esi et ses récits chantés en swahili. Aux dires du chanteur, le baptême du CD aura lieu prochainement dans une salle de concert à Berne. Un moment attendu avec impatience, qui, nous l’espérons, ouvrira la voie à d’autres concerts de cette nouvelle formation.

 

       [CD Index]

        

[Toutes les critiques]

 

 
Info

Fonds culturel Sud

CHF 765’000 de contribution pour 136 projets


La plateforme de saisie électronique pour les demandes de soutien du Fonds culturel Sud a été lancée le 1er juillet 2016. À la mi-décembre, 185 utilisateurs y avaient déjà ouvert un compte. Ces comptes permettent de saisir et de modifier les données concernant les projets, mais aussi ultérieurement les décomptes, et de transmettre l’ensemble des informations à artlink. Désormais, les auteurs des demandes sont régulièrement informés par e-mail sur le statut de leur demande et sont notifiés de la décision des experts aussitôt que celle-ci a été prise. Le portail de demandes dispose également de sa propre adresse Internet: www.suedkulturfonds.ch.

Au bilan des comptes annuels 2016, 136 demandes de soutien ont été accordées, tandis que 58 demandes ont dû être refusées par la commission spécialisée responsable ou par l'équipe d'artlink. La somme totale des garanties de déficit accordées se monte à CHF 765’000. Cette somme résulte du montant budgétisé pour 2016 ainsi que les garanties de déficit non utilisées de l’année précédente. La majeure partie des contributions ont été accordées au domaine de la musique (46 %), suivi des festivals de films (22,5 %), du théâtre (9,75 %) et des arts visuels (9 %). En décembre, artlink et la DDC ont aussi signé le contrat pour le mandat du Fonds pour les quatre prochaines années. Ainsi, le Fonds culturel Sud continuera à disposer d’une somme annuelle de CHF 725’000 jusqu’à fin 2020.

   
 
   © artlink | Büro für Kulturkooperation      Design: Eva Rolli Visuelle Gestaltung